Samedi 3 août – Lyon Acte 38 : Steve, le CETA et l’avenir de nos agriculteurs

Samedi 3 août, l’acte 38 s’est déroulé en deux temps. A 14h, suite à l’appel paru sur le site komposit, les manifestants se sont retrouvés comme la veille devant le Palais de Justices (24 colonnes) pour rendre hommage à Steve Maia Caniço. A 16h30, les Gilets Jaunes ont voulu protester contre la ratification du CETA, traité de libre-échange avec le Canada très largement contesté .
C’est suite à ces action qu’on a pu lire que la permanence parlementaire de La République en Marche aurait été saccagée ou encore qu’un véhicule de police aurait forcé le passage en gazant les manifestants ?
Mais que s’est-il précisément passé ? Voici le compte-rendu de ce 38ème samedi de mobilisation.

Ce samedi 3 août, après avoir rendu hommage à Steve, les gilets réunis devant les 24 Colonnes [Cour d’Assises de Lyon] ont échangé librement sur l’actualité et son lot de catastrophes.
Revenant sur les actions d’agriculteurs et aussi de Gilets Jaunes contre les permanences de députés LaRem, l’indignation s’est naturellement reportée sur le traité du CETA que vient d’adopter l’Assemblée Nationale.
De fil en aiguille, certains manifestants ont alors fait remarquer aux autres qu’une permamence LaRem se trouvait à côté du Palais de Jutice, à deux pas de l’endroit où l’hommage à Steve avait pris fin. C’est à ce moment que les Gilets Jaunes ont pris le parti d’improviser une manifestation à vocation pacifique, pour dénoncer le fameux accord transatlantique. Ils se sont alors employésv pendant une heure à se coordonner au mieux et et à rassembler le matériel nécessaire. Vers 16.30, deux banderoles étaient prêtes et portaient les messages  suivants :

PERMANENCE ÉLECTORALE DE  LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE
Mr. Thomas Rudigoz, député de la 1ère circonscription du Rhône
8 rue François Vernay 69005 Lyon
A VOTÉ POUR LE CETA

La Terre CETA Mère
EN FRANCE, UN AGRICULTEUR
SE SUICIDE TOUS LES 3 JOURS

C’est au ruthme des slogans « Soutenons nos agriculteurs ! »et « La terre CETA mère ! Respecte la ! » qu’ils empruntèrent les quais de Saône jusqu’à la permanence de la République en marche de Monsieur Thomas Rudigoz, député de la 1ére circonscription du Rhone.

La permanente parlementaire de La République en Marche a-t-elle été saccagée ?

Malgré son titre accrocheur, l’article paru le lendemain dans l’édition du Progrès de dimanche est plutôt réaliste et objectif mais la question d’un saccage reste cependant posée.

Pourtant, tant cet article que ceux parus dans les autres médias, de même les photos et les vidéos qui circulent sur internet, témoignent que si saccage il y a eu,ça aura été à coups de tomates, de farine et d’œufs.  (1)£µ
Un sain saccage , somme toute.

Un véhicule de police a-t-il forcé le passage en gazant les manifestants ?

Arrivées tardivement sur place, les forces de l’ordre ont tenté en vain de pourchasser les Gilets Jaunes sur les pentes de Fourvière.
Plus bas dans la rue Saint-Jean, l’équipage d’une voiture de police essaya de prendre  à parti le cortège. Dépassés par la situation, les policiers n’ont pu s’extraire qu’en gazant les manifestants et en roulant à toute allure à travers la rue piétonne. Il nous a été rapporté que plusieurs personnes ont évité de justesse une rencontre brutale avec le bolide.

Une fois encore, les forces de l’ordre ont prouvé l’étendue de leur intolérance face aux modes d’expression de la révolte citoyenne qui gronde.

(1) https://www.bfmtv.com/police-justice/lyon-des-gilets-jaunes-degradent-la-permanence-d-un-depute-larem-1742418.html

Article tiré de l’article paru sur Komposit.org : https://www.komposit.org/2019/08/samedi-03-aout-lyon-acte-38-permanence.html