Gilets jaunes et Blouses blanches ensemble pour dénoncer les conditions de travail du personnel hospitalier

Nous l’avions expliqué dans un précédent article (https://printemps-jaune.fr/services-hospitaliers-sous-perfusion-les-soignants-en-greve/), le personnel hospitalier est en lutte depuis plusieurs semaines. Il réclame entre autres une revalorisation salariale et davantage de moyens matériels et humains. C’est dans ce contexte, et à l’initiative des syndicats, que les gilets jaunes ont rejoint les Blouses Blanches ce samedi 1er juin.

Les manifestants se sont retrouvés sous un soleil de plomb au Gros Caillou à la Croix Rousse. Quelques drapeaux FO flottaient en tête de cortège, des blouses blanches étaient disséminées çà et là dans la foule et le syndicat SUD, qui avait appelé à manifester, semblait être aux abonnés absents. Nous avons dénombré environ 1000 personnes, essentiellement des Gilets Jaunes un peu dépités par le vide laissé par la deuxième moitié de la convergence.

La manifestation avait été déclarée en préfecture, le parcours devait nous emmener à l’Hôpital Edouard Herriot en passant par l’hôpital de la Croix-Rousse et les Hospices Civils de Lyon, quai des Célestins. Comme de coutume, l’hélicoptère était de sortie et, au lieu du personnel infirmier, ce sont des cordons de CRS qui nous ont accueillis devant chacun des établissements hospitaliers.

Finalement, la manifestation se déroulera sans encombres mais sans éclat non plus C’est pour cette raison que, comme la semaine passée à la Part-Dieu, une cinquantaine de Gilets Jaunes a décidé de se rendre au centre commercial Confluence, sans véritable préparation. L’objectif de cette action sauvage étant, à nouveau, de défiler dans ce temple dédié à la consommation et de dénoncer la montée en puissance des multinationales, la concurrence déloyale qu’elles exercent sur les plus petits commerçants et l’absence de concertation citoyenne. L’ambiance y était plus détendue qu’au centre commercial de la Part-Dieu, les personnes mobilisées ont pu revêtir leurs gilets et entonner leurs chants sans contrepartie punitive.

Naturellement la manifestation nous interroge sur la réussite de cette convergence avec les Blouses Blanches, en sous-nombre même à l’hôpital Edouard Herriot, point d’arrivée du parcours. Nous supposons que les syndicats organisateurs n’ont pas réussi à communiquer efficacement . Alors nous nous demandons si le moment n’est pas venu de mener des actions communes avec le monde syndical plutôt que de rallier systématiquement des colères de corporation. N’est-il pas temps pour nous, Gilets Jaunes, de nous emparer fermement des problématiques sociales et économiques et de réfléchir à la manière d’agir ensemble pour frapper plus juste et plus fort ?

 

Crédit photo : Philippe LaPorte

PARTAGER :